TFOU D’ANIMATION : DES JEUNES TALENTS AU SERVICE DE MESSAGES CITOYENS

Comme précédemment annoncé dans e-RECA, TFOU a élargi cette année son concours de scénario de court-métrage d’animation par un appel à de jeunes talents pour la réalisation du film. Une ouverture à laquelle s’est associé le RECA.  Anne-Sophie Perrine, conseillère artistique à l’unité jeunesse de TF1, en charge notamment du concours TFOU d’Animation, revient pour e-RECA sur ce concours.

 

1) Pouvez-vous nous présenter le concours TFOU d’Animation ?

C’est un concours que nous avons lancé il y a 5 ans, avec la SACD. A sa création, il s’agissait uniquement d’un concours de scénario, ouvert à tout le monde et portant sur une thématique citoyenne, avec pour objectif la réalisation d’un court métrage d’animation d’1’30’’ destiné aux enfants de 6 à 10 ans.

Le Syndicat National de l’Edition nous accompagne depuis le 1er concours dont le sujet était « Lire c’est délire ». Ainsi, les talents que nous découvrons grâce à ce concours sont aussi connus dans le milieu de l’édition. L’association Enfance Majuscule est également partenaire.

Nos critères de sélection du scénario lauréat reposent sur l’adéquation avec la thématique traitée et avec le slogan, et le respect de notre ligne éditoriale qui repose sur un ton enfantin et espiègle.

Notre 5ème édition a pour thème la parole, avec le slogan « Hauts les mots, bas les mains !» (voir e-RECA n°27). L’ambition est de promouvoir les vertus de la parole auprès des enfants. Les encourager à utiliser des mots pour s’expliquer, désamorcer les conflits  plutôt que d’avoir recours à  la violence physique.

Nous avons reçu 91 scripts parmi lesquels 15 ont été pré-sélectionnés pour être soumis à notre jury.

Les lauréats ont été dévoilés le 13 décembre dernier. Il s’agit d’un duo de scénaristes, Anne-Lise Deffoux et Anton Likiernik, qui ont proposé « les Malheurs de Monsieur Renard », l’histoire d’une sœur et de son petit frère, habitués à se disputer, qui ne s’attendaient pas à ce que l’un de leurs jouets préférés, Monsieur Renard, s’anime et leur donne une petite leçon de vie… Cette histoire s’est imposée par sa simplicité et son ton malicieux (ndlr : scénario en ligne ici : www.tf1.fr/tf1/tfou-antenne/news/appel-a-talents-realisateurs-tfou-d-animation-2018-1472091.html).

 

 

2) Avec une grande nouveauté cette année : l’ouverture d’un 2ème  volet pour la réalisation…

Jusqu’à présent, nous nous adressions pour fabriquer le court-métrage à un producteur qui choisissait son réalisateur. Cette année, nous avons pensé qu’il serait intéressant d’ouvrir le concours non plus seulement aux talents littéraires mais aussi aux talents de l’image pour la partie réalisation.

Un appel à projets a donc été lancé auprès des jeunes diplômés des écoles du RECA. Ceux-ci ont jusqu’au 15 février pour envoyer leurs propositions graphiques.

La production du court métrage est confiée à Dandelooo et débutera dès début mars. Le ou les lauréat(s) de ce 2ème volet se verra offrir un contrat de réalisateur d’une durée de 3 mois à Paris ou à Valence. Dandelooo produit depuis 2007 des séries et films d’animation tournés vers le jeune public et portant une vision artistique forte. En 2017, Dandelooo a reçu le prix du producteur de l’année au Forum Cartoon et en 2018 un International Emmy Kids Awards pour la réalisation de la série La cabane à Histoires.

 

 

3) Pourquoi avoir réservé cette 2ème phase uniquement aux jeunes talents ? 

Notre volonté est de découvrir des talents ! Mais en même temps, nous devons être sûrs de cibler des candidats très qualifiés. En nous adressant aux jeunes diplômés des écoles du RECA, nous sommes certains de toucher des personnes compétentes. Par ailleurs, nous avions envie de proposer à ces jeunes espoirs de l’animation française l’opportunité de les faire entrer dans le monde professionnel directement comme réalisateur, de les mettre également en lien avec un diffuseur et un producteur. C’est l’occasion pour eux de se confronter à l’ensemble de la chaîne de fabrication d’un film de commande. Et d’acquérir une véritable 1ère expérience.

TF1 sera présente pour valider les différentes étapes, dès le choix des propositions graphiques et du story-board, et jusqu’à la remise du PAD ! Nous validerons aussi le montage, le choix de la musique…. En amont, nous serons présents pour faire le pont entre les scénaristes et le réalisateur. Cet aspect-là de l’expérience nous semble très important car trop souvent scénariste et réalisateur travaillent séparément.

 

4) Quels seront vos principaux critères de sélection pour cette partie graphique ? Qu’attendez-vous des étudiants des écoles du RECA ? 

Comme pour le scénario, nos critères de choix en matière graphique seront l’inventivité et la créativité. Mais aussi, bien évidemment, le sens esthétique. Les compétences des candidats seront également étudiées puisque ces derniers doivent être capables de réaliser le court-métrage et, idéalement, d’en animer certaines parties.

Leur vision sur le scénario sera par ailleurs examinée, Il faut savoir que le scénario n’est pas « figé dans le marbre » et bien qu’il faille le respecter au maximum, les candidats peuvent faire des propositions pour l’améliorer. Nous serons sensibles aussi à l’adéquation de leur proposition, de leur point de vue de réalisateur, à une cible d’enfants âgés de 6 à 10 ans.

En ouvrant ce concours aux diplômés des écoles du RECA, nous nous offrons la possibilité, je dirais même le luxe, de pouvoir choisir parmi une diversité de talents et de sensibilité le réalisateur. Nous nous engageons, en échange,  à tout mettre en œuvre pour que  le candidat retenu  ait une expérience professionnelle la plus riche possible et pour que le court-métrage bénéficie d’une très large diffusion. Aussi j’espère que nous recevrons de très nombreuses propositions.

 

Contact : Anne-Sophie Perrine – TF1 – Boulogne – E-mail : asperrine@tf1.frSite web