ANIMA-PODI : A LA RECHERCHE DU REBOND PARFAIT… ET DE NOUVEAUX TALENTS !

Odile Perrin, enseignante à GOBELINS l’école de l’image, a porté pendant plusieurs mois le développement d’un tout nouveau projet de cette école de la Chambre de Commerce de Paris : un MOOC sur l’animation. Baptisé Anima-podi, ce cours en ligne, réalisé avec Samy Fecih et Giusi Marrone, 2 enseignants en animation 3D de Gobelins, a été lancé durant l’automne 2018 et a rencontré un vif succès. Odile Perrin revient sur la genèse du projet… et aussi son avenir.

 

 

 

1) Pouvez vous pour commencer nous présenter le projet Anima-podi ? 

Anima-podi est le 1er MOOC (ndlr : Massive Open Online Courses, soit cours massif en ligne en français) de GOBELINS sur l’animation. Le cours est ouvert à tous les passionnés d’animation, sans prérequis, et leur propose d’aborder les fondamentaux de l’animation. Le cours est en français et est gratuit. Il fait partie du projet de E-Académie de GOBELINS qui offre d’autres cours dans d’autres domaines comme le tournage vidéo, les objets connectés. Le MOOC sera suivi à terme d’un SPOC (Small Private Online Course) puis d’un cours Mix learning qui mélangera des cours en ligne et en présentiel.

L’objectif du MOOC est qu’à son terme, ses participants s’initient aux principes physiques de l’animation pour faire rebondir une balle parfaitement.

Le 1er cours d’Anima-podi a été lancé le 17 octobre 2018, pour une durée de 6 semaines. Il est donc aujourd’hui clos. Un programme était mis en ligne chaque semaine, sur la plateforme FUN (France Université Numérique) alternant parties théoriques et applications pratiques. En introduction, des cours sur l’histoire de l’animation et des techniques étaient proposés, des tutoriels pour la prose en main du logiciel 3D à utiliser et de l’outil de partage des vidéos des exercices.

Les vidéos des exercices réalisés par les participants étaient visibles et annotés grâce à un outil de reviewing en ligne gratuit : SyncSketch. Chaque participant aux exercices devait évaluer et argumenter 5 animations faites par les pairs ? Les meilleurs exercices de la dernière semaine de cours étaient corrigés par Samy et Giusi.

Cette volonté de GOBELINS de proposer des MOOC repose sur une réelle ambition d’innovation pédagogique. Nous voulions aussi faire comprendre que faire de l’animation, ce n’est pas uniquement  savoir dessiner ! Dans l’animation 3D, savoir animer c’est appliquer des principes physiques de l’animation ! L’idée était donc d’apprendre aux participants à animer une balle, en respectant les 12 principes de l’animation pour la faire rebondir ! Pour cela, nous avons donné accès à un logiciel 3D dédié à l’animation : Rumba.

Anima-podi prônant l’égalité des chances : le logiciel utilisé a été mis à disposition gratuitement. Cela a été possible grâce au partenariat avec la société française qui développe ce logiciel : Mercenaries Engineering. Rumba sera proposé aux professionnels de l’animation courant 2019.  Nous avons travaillé avec cette entreprise qui développe pour les animateurs un outil simple et intuitif à vocation professionnelle. Ce qui correspond également au type d’enseignement que nous voulions mettre en place.

Pour résumer, les ambitions d’Anima-podi c’est : être accessible à tout le monde, de proposer des cours et des exercices réalisés au rythme de chacun et pouvant être refaits au besoin.

 

2) Pourquoi avoir opté pour ce modèle ?

Comme évoqué précédemment, l’école cherche à développer de nouvelles pédagogies dans lesquelles s’intègre le numérique. Cela nécessite de renforcer l’aspect collaboratif, d’organiser et de valoriser les données pédagogiques, de tester une autre manière d’évaluer… D’un point de vue pédagogique, c’est vraiment une autre manière de travailler. Et c’est vraiment le bon moment pour le faire ! C’est motivant de travailler avec des  passionnés tous issus d’univers sociaux différents mais tous passionnés par l’animation. Cette communauté pouvant partager sur des forums de discussions entre eux et avec l’équipe.

Le projet commence donc avec un modèle gratuit. Avec les cours fondamentaux de l’animation que l’on peut aussi trouver ailleurs sur le net. Notre « plus-value », c’est que nous y ajoutons la pédagogie de GOBELINS, avec une méthode de travail qui nous est propre et qui a fait ses preuves ! Chaque semaine nous avons par ailleurs proposé des interviews des anciens de l’école, Kristof Serrand (promo 1983), Alexandre Heboyan (promo 2004), Louis Clichy (promo 2002) pour qu’ils parlent de leurs expériences d’animateurs à une époque où le métier était différent alors que l’envie de raconter des histoires avec des images est quant à elle toujours la même ! C’est très important de mettre ces retours d’expériences à la disposition de la jeune génération.

Pour l’instant il ne s’agit que d’exposer les fondamentaux. Nous irons un peu plus loin avec le SPOC puis, pour ceux qui voudront en faire leur métier, une participation financière sera demandée, en phase 3, pour des cours en partie en présentiel. C’est une démarche très progressive. Le MOOC seul ne permet pas de devenir un professionnel de l’animation. Il permet à un passionné d’animation de « regarder » l’animation, de comprendre les lois physiques de l’animation. Les personnes qui voudraient travailler dans l’animation mais qui s’en empêchent au prétexte qu’elles ne sont pas d’excellents dessinateurs comprendront avec le MOOC qu’elles n’ont pas besoin de cette compétence et qu’elles ne doivent pas se fermer ces portes.  En 3D, sans savoir dessiner, si on sait se servir d’un logiciel 3D : on peut devenir animateur.  C’est un autre modèle de pensée.

 

3) Pouvez vous déjà établir un bilan de cette 1ère  édition ?

Pour cette 1ère édition, nous avons comptabilisé très précisément 4686 inscrits de 115 pays différents avec une parité femmes hommes – soit une fréquentation conforme à ce que nous espérions, voire légèrement supérieure. Géographiquement, nous avons eu principalement des français – ce qui s’explique puisque le cours est en français. Les MOOC étant en général majoritairement en anglais, notre volonté était de se positionner sur les territoires francophones, parfois un peu oubliés. Malheureusement, nous avons eu un peu moins de participants qu’espéré sur l’Afrique. La France représentait 55,80% des apprenants. 4,9% venaient des Etats-Unis.  Nous avons eu aussi des personnes originaires d’Espagne, du Portugal, du Royaume-Uni, de Russie, du Liban, du Maroc, de Côte d’Ivoire, du Canada,  d’Argentine, du Mexique, de Colombie, d’Inde… C’est aussi cette diversité de personnes qui ne se connaissaient pas et venaient d’horizons très divers qui a permis une véritable dynamique.

Nous avons eu toutes les tranches d’âge : des lycéens aux retraités,  avec une moyenne se situant entre 21 et 30 ans.   

Les motivations étaient très variées : les très jeunes passionnés souhaitaient comprendre comment fonctionne l’animation. Les plus âgés, qui ne travaillaient plus et disposaient donc de plus de temps, voulaient juste se faire plaisir ! D’autres, principalement des trentenaires, envisageaient une reconversion professionnelle : le MOOC leur a permis de savoir si la vision qu’ils avaient du métier d’animateur correspondait à la réalité.

Le fait d’avoir mis à disposition un outil 3D obligeait à savoir manipuler une espace 3D pour animer. C’est une compétence qui n’est pas si simple à acquérir ! Le MOOC leur a ouvert les yeux sur la complexité de la 3D. Le seul fait de faire rebondir une balle leur a permis de comprendre à quel point cela requérait beaucoup de temps, de soin, de patience, mais aussi beaucoup d’essais et d’erreurs. Certains n’imaginaient pas le métier d’animateur comme quelque chose d’aussi précis.

Pour participer au MOOC, il fallait être équipé d’un PC et disposer d’une carte graphique Open GL et d’un accès internet. Nous avions communiqué largement sur ces nécessités. Plusieurs personnes équipées de Mac s’étaient malgré tout inscrites et n’ont donc pas pu faire les exercices. Nous travaillons sur la possibilité pour les possesseurs de Mac de passer par une plateforme hébergeur pour pouvoir travailler sous Windows.

Le suivi s’est également très bien passé. Il y a eu très peu d’abandons ce qui est bien sûr très encourageant. Le dernier exercice a été très suivi et surtout avec beaucoup d’enthousiasme. Sur le nombre total d’inscrits, environ 385 exercices déposés ce qui est un chiffre « normal », commun à tous les MOOC. 400 personnes ont obtenu au moins 55% de bonnes réponses aux QCM et aux exercices et ont reçu un attestation de réussite.

Ce sont ces personnes qui pourront participer à la phase 2 : le SPOC.

 

4) La suite est-elle déjà programmée ? Ou une 2ème  édition ? 

Une nouvelle session sera lancée le 15 avril. Les inscriptions ouvriront le 15 février sur www.fun-mooc.fr. Normalement ce seront les mêmes cours. Même si certains ajustements peuvent être faits, notamment sur la prise en main de l’outil et sur les exercices. Nous avons eu sur la 1ère édition une très forte demande pour une version en anglais. Nous allons donc pour cette 2ème édition fournir une version sous-titrée.  Déjà, lors du 1er MOOC, des participants avaient proposé des traductions des vidéos pour aider les non francophones.

Cette nouvelle édition sera également ouverte à tous. Même à ceux qui s’étaient déjà inscrits à la 1ère session. Elle sera également gratuite et durera de nouveau 6 semaines puisque le programme, conçu avec une progression pédagogique précise, est prévu pour cette durée,. Nous changerons en revanche sans doute les QCM sinon tout le monde pourrait déjà connaître les réponses !

Pour la suite, nous travaillons sur le niveau 2. Globalement l’animation comporte 12 grands principes dont les 5 ou 6 fondamentaux ont été approchés dans le 1er MOOC. L’objectif est de proposer un SPOC dans lequel d’autres notions seront abordées pour introduire cette fois à la marche. Quand on fait marcher un personnage, des notions de poids apparaissent mais aussi de timing, de spacing. Une petite mascotte a été créée à cet effet, avec une tête et 2 jambes, que les animateurs devront animer !

Nous sommes en train d’élaborer les contenus de ce SPOC.  Il faut ensuite fabriquer les cours. Nous espérons pouvoir procéder à son lancement en ligne début 2020.

La dernière étape de cette aventure sera donc d’intégrer la E-Académie avec un 3ème cours, appelé mix-learning, qui mélange du présentiel à l’école, avec des professeurs, et des cours en ligne. Cette étape, dont le niveau d’acquisition des compétences sera plus élevé, concerne des personnes qui vont réellement travailler dans l’animation. Certaines pourront ensuite intégrer d’autres formations à l’animation 3D.

Il peut aussi s’agir de personnes qui travaillent déjà dans le secteur et souhaitent bénéficier de formation complémentaire, dans le cadre de la formation continue.

Personnellement je reste convaincue de l’importance des cours en présentiel. C’est à mon sens la seule méthode pour apprendre le travail en groupe, indispensable dans nos métiers. A partir du moment où l’on se parle, on se connaît, on parle avec un professeur… se crée une dynamique irremplaçable. Cela reste pour moi la meilleure méthode d’enseignement.  Nous y tenons beaucoup à GOBELINS et moi qui enseigne, j’ai envie de continuer dans cette dynamique.

 

Contact : Odile Perrin – GOBELINS l’école de l’image – Paris – E-mail : operrin@gobelins.fr – Site web : www.gobelins.fr/gobelins-lance-mooc-dedie-l-animation-3d